Foto Matteo Perini

Les enfants de la Maison de La Joie - Ouidah

FaceBook  Twitter  

Joel est arrivé à la Maison. Il n’est pas arrivé seul.

"Salut, je m’appelle Joel. Ma grand-mère dit que ma mère était belle, mais je ne sais pas ça. Elle dit aussi que ses yeux étaient grands et qu’elle était jeune, mais je ne sais même pas cela, parce qu’elle est morte quand je suis né. Maintenant, nous sommes elle et moi, mon père il s’est enfui, mais ma grand-mère dit que les hommes sont comme ça ici, ils sont les patrons, puis il se font la paire sans rien laisser aux mères et aux enfants. Je ne me soucie pas de lui, parce que je n’ai besoin que du lait et ça, même moi je le sais, est attaché aux mères. Dommage qu’il n’est pas attaché aux grand-mères aussi, parce que j’ai toujours très faim et même si je tire avec toutes mes forces il ne sort jamais rien. Pendant le jour, je reste sur le dos de ma grand-mère et là je m’endors car le soir, par terre, je n’arrive jamais à le faire. Il n’est pas si mal par terre, mais il y a des rats qui s’arrêtent toujours devant mon visage et puis ma grand-mère crie, mais parfois elle ne s’aperçoit non plus parce qu’elle est fatigué et ainsi elle dort. Alors je crie pour la réveiller.

Dès que les rats m’ont rongé une oreille moi et ma grand-mère nous ne cessons jamais de pleurer. Je voudrais résister, mais j’ai toujours faim er je ne peux pas me contrôler et elle doit bien l’avoir compris parce que elle m’a lié sur son dos et m’a emmené à l’orphelinat où, disait-elle, ils pourraient me nourrir. Mais ce n’était pas le cas. La dame au voile, qui ma grand-mère appelait sœur, disait qu’il n’y avait rien à manger pour ceux qui étaient déjà là non plus, et ainsi nous sommes rentrés chez nous. Je pense toute la journée au lait.

Il y a quelque temps, nous somme repartis pour la ville, nous avons marché deux jours, nous sommes arrivés chez une dame, ma grand-mère m’a donné un bisou et puis elle est partie, en pleurant. Je ne l’ai plus vue et elle me manque un peu. La dame est gentille, mais elle a trois autres enfants qui ont faim comme moi. Elle veut que je l’appelle maman, quand j’apprends à parler je le ferai, car elle est douce comme ma grand-mère ; mais j’espérais tellement de pouvoir manger, et pourtant, même ici, il n’y a rien, mais au moins il n’y a pas de souris.

Aujourd’hui, ma nouvelle maman nous a pris tous les quatre et nous a conduits à une très belle maison qui s’appelle la Maison de La Joie - Ouidah, pleine des enfants qui rient et qui, à mon avis, mangent tous les jours. Peut-être qu’ils rient pour cette raison. Le moment où je les regardais jouer une autre dame est arrivée qui m’a pris dans ses bras et a commencé à pleurer elle aussi. Je dois être très mauvais pour faire pleurer toutes les mères comme ça! Quand elle a terminé elle nous a chargés sur une voiture avec des roues et elle nous a emmenés dans un endroit appelé le dispensaire. Là, ils m’ont fait très mal avec des piqûres et avec des tuyaux enfilés dans mon bras mais, après, ils m’ont donné beaucoup de lait à boire. Pour moi le lait est la chose la plus belle qu’il y a.

Pendant que je mangeais, la dame a pris le téléphone et je l’ai entendue parler une langue que je ne connais pas. Quand elle est revenue, elle a dit à ma nouvelle mère qu’un homme nommé Flavio, qui vit beaucoup plus loin que ma grand-mère, nous aurait aidé. Ma nouvelle maman a commencé à pleurer. Elles sont bizarres les mamans, elles pleurent quand ils sont tristes et même s’elles sont heureuses. Elle nous a dit que nous pourrions maintenant commencer à devenir grands et forts car Flavio et les volontaires ils nous aideraient.

Je me sui dit que je lui aurais promis de me conduire bien, je veux juste savoir qu’est ce que sont les fables, car je pense qu’elles sont belles presque comme le lait."

 

 Grazie all’intervento immediato dei nostri volontari Joel e i tre fratellini hanno ricevuto le cure sanitarie d’emergenza e sono stati accolti nella famiglia della Maison de La Joie - Ouidah. Ora necessitano di un sostegno a distanza.

 
Ad oggi non tutti i bambini che vivono alla Maison de La Joie - Ouidah sono aiutati da un sostegno a distanza.

Se desideri dare il tuo contributo, fare una donazione o chiedere informazioni scrivici e saremo lieti di rispondere.

 

Nôtre Onlus gère les contributions :

INSIEME PER CRESCERE, Via Laderchi, 3 - 48018 Faenza (RA)

Si vous êtes intéressés, téléchargez le formulaire pdf: modulo-adozioni-maison-de-la-joie.pdf

Les projets en cours d'elaboration

aiuti e sostegno a donne e bambini

Nous divisons nos projets en deux catégories:
ceux qui contribuent à faire partie de l’âme elle-même de la Maison créée pour accueillir et aider les femmes et les enfants, et ceux qui s’impliquent dans la construction de bâtiments, puits, moulins à vent, irrigation et de temps en temps sont initiés à leur mise en œuvre.
 
Pour les démarrer et les terminer à temps il a été décidé d’évaluer périodiquement les priorités. Parler de “priorité” en Afrique est presque absurde, mais nous pensons que la seule façon de vraiment réaliser quelque chose est de le faire à petits pas, sans s’arrêter à des projets que nous pouvons commencer et finir avec des promesses que nous ne pouvons tenir. Il faut alimenter des espérances avant de les transformer en certitudes. Un puits, un moulin, des fournitures de bureau dont personne ne se soucie.

Parce que c’est ainsi que notre voyage a commencé, un enfant à la fois, l’un après l’autre, et pas à pas, nous sommes prêts à continuer sans peur de nous perdre dans l’obscurité.

 

Médicaments pour l’Hôpital de Tanguietà et pour le Dispensaire de Papegou

medicine per l’ospedale di Tanguità e per il dispensario di Papegou

Nous amenons directement a l’hôpital de Tanguietà, et au Dispensaire de Papegou, avec nos volontaires et le touristes responsables. Le primaire de l’hôpital de Tanguietà est le frère Père Florence, qui dirige l’hôpital depuis le 1969.

Périodiquement, depuis le 2007 nous amenons médicaments et aide alimentaire a les sœurs qui sont au dispensaire de Papegou.


Soutien a l’école des Villages Taneka

sostegno scuola dei villaggi Taneka

Les villages Taneka qui se trouvent dans le montagnes de l’Atakora (nord du Benin). Le Tangba, l’ethnie de ces villages, est appelé par la culture traditionnel “le peuple magique” et les villageois vivent jusqu’au a nos jours liés à leurs rites traditionnels.

L’état béninois a bâti une école primaire, mais les enfants qui fréquentent n’ont pas des fournitures ni des aides alimentaires. Les instituteurs sont à charge des parents ; nous envoyons périodiquement les fournitures avec les touristes durables qui vont à visiter avec nous ces villages.

 

Projet de vaccination de tous les enfants.

Nous croyons que tous les enfants de la Maison doivent être vaccinés au moins contre les maladies les plus graves et répandues comme le tétanos et la fièvre jaune. Nous demanderons donc au Bénin le coût de plusieurs vaccinations et nous préparerons un devis. Aucun frais médicaux au Bénin n’est supporté par les institutions publiques.

 

Collaboration avec l’Orphelinat de Lokossa

Lokossa est une petite ville située sur la route qui mène de Ouidah à Abomey. C’est une ville de passage, les touristes ne s’arrêtent presque pas, mais pas les touristes et les volontaires de la Maison de La Joie - Ouidah : en effet pour nous la collaboration avec l’Orphelinat de cette ville commence ici.

Qui connaît les conditions des ces orphelinats au Benin, peut témoigner les conditions de ces enfants, dans ces structures, pour faute des moyens. La maison de La Joie - Ouidah, actuellement collabore avec l’orphelinat à Lokossa en envoyant, vêtements, médicaments et aide alimentaire aussi.

Contactez Angela (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

Collaboration avec la communauté de Afataranga

Afataranga est un petit village au nord du Benin, situé à 7 km de Djougou, dans la brousse profonde.

Ce village, il y a quelques années, n’avait pas accès à l’eau potable. Grâce à une touriste responsable et à la collaboration des volontaires et des autres associations aujourd’hui ce village a finalement l’eau potable, et successivement la communauté a reçu en don deux moulins : un pour la farine et l’autre pour la transformation du beurre de karité, le vrai trésor de l’Afrique. Actuellement les villages sont heureux de la collaboration avec les «batulés» (le blancs).

 

Soutien-nous

INSIEME PER CRESCERE Onlus
Cassa di Risparmio di Cesena
Sede di Faenza
IBAN
IT27O0612023704CC5040009218
Codice Swift CECRIT2C

Partly Cloudy

29°C

Ouidah

Partly Cloudy

Humidity: 79%

Wind: 20.92 km/h

  • 24 Mar 2016

    Partly Cloudy 31°C 26°C

  • 25 Mar 2016

    Scattered Thunderstorms 32°C 26°C

* Login

* Newsletter

Écrivez votre adresse e-mail et cliquez sur la flèche pour recevoir notre newsletter.